A quelques jours du lancement de la version beta, Blekko envahit aujourd’hui le web, suite à cet article de Techcrunch et à l’interview vidéo des deux membres fondateurs: Mark Markson et Rich Skrenta (ex CEO de Topix et Dmoz Open Directory Project) Je m’étais intéressée au projet blekko depuis sa naissance, c’est donc avec grand intérêt que j’ai regardé la démo produite par Techcrunch et j’ai été séduite par ce que j’ai vu. Je me réjouis de pouvoir tester ce nouveau moteur de recherche dont voici quelques explications, tirés de Techcrunch Review: The Blekko Search Engine Prepares To Launch »

Qu’est-ce que Blekko

Blekko est un moteur de recherche « full web ». Les ingénieurs de Blekko savent qu’ils ne pourront pas battre Google ni sur la taille de son index (des milliards de pages) ni sur la vitesse d’obtention des résultats. Ils se distinguent donc d’une autre manière, en donnant aux utilisateurs des outils pour affiner les résultats et effectuer d’autres types de recherche. Blekko donne aussi accès aux algorithmes utilisés pour déterminer la pertinence des résultats obtenus.

Les résultats de Blekko ne seront pas forcément plus pertinents que ceux de Google ou Bing, mais les requêtes peuvent être affinées par l’utilisation de « slashtags ». Ces outils comme /news ou /date ou /amazon ou toute autre combinaison ont fonction de filtres en fonction de ce que l’on cherche.

Les utilisateurs peuvent créer leurs propres slashtags basés sur un groupe d’URL. Si ces slashtags sont publics, les autres utilisateurs peuvent s’y abonner d’un clic. Blekko permet également aux utilisateurs d’effectuer une recherche via une variété d’API: ajouter /twitter pour rechercher via l’API Twitter. Ou simplement ajouter /mondomaine.com pour rechercher juste sur ce domaine.

Selon Techcrunch, ceux qui utilisent la fonction de recherche avancée de Google apprécieront immédiatement Blekko: plus rapide qu’utiliser la fonction « site: » par exemple. Il s’agira toutefois pour Blekko de convaincre l’utilisateur lambda de s’habituer aux slashtags.

Au sujet du nom « Blekko« : Rich Skrenta s’en était expliqué sur son blog . On doit à sa fille la mascotte du projet. Le nom ne laisse personne indifférent: soit on l’aime, soit on le déteste! Selon Rich, un nom qui déchaîne les passions et qui arrive à lever 20 millions de $ ne doit pas être si mauvais ;-) Toutes les autres propositions de noms leur semblaient très ennuyeuses!

Pour recevoir une invitation pour tester la version beta, s’abonner au compte Twitter ou à la page Facebook de Blekko.