Bye Bye l’Hebdo, on t’aimait bien!

L’Hebdo, journal hebdomadaire suisse romand va s’arrêter le 2 février, après 36 ans de vie. Une mort annoncée qui frappe les esprits de toute la Suisse romande. Le groupe de presse Ringier Axel Springer propriétaire du titre, tire la prise d’un journal déficitaire. Le marché est trop petit, les lecteurs trop peu nombreux et surtout les recettes publicitaires s’en sont allées vers d’autres paradis. Le rôle d’un groupe de presse n’est pas de soutenir une presse régionale, il faut remplir la caisse pour les actionnaires qui sont les rois. 37 journalistes seront licenciés, c’est beaucoup pour une profession qui a déjà pas mal souffert ces dernières années.

Certes, nous lecteurs aurions pu continuer à acheter des abonnements annuels pour soutenir le journal, mais cela n’aurait sans doute rien changé à la logique économique du groupe.

L’Hebdo, je me souviens

L’Hebdo est né en 1981. Je me souviens que nous étions contents d’avoir une alternative aux journaux français, même si à l’époque je préférais lire F Magazine et Actuel ;-)

On pouvait lire dans L’Hebdo des nouvelles de la Suisse, s’informer sur des sujets de société d’ici et d’ailleurs, dans les domaines politiques et culturels. C’était et ça reste rare. Dans les années 90, le journal est devenu plus intéressant, avec une position pro-europénne affichée.

Je lisais l’Hebdo régulièrement, je m’y suis abonnée parfois, la dernière fois en 2014. En déplacement, je l’achetais fréquemment pour le lire dans le train, il avait le bon format et un prix abordable, moins de 5 CHF. On y puisait des adresses de bons restaurants, des plus belles terrasses de Suisse, des plus belles pistes de ski, sujets récurrents appréciés des lecteurs. On prenait aussi plaisir à lire les fameuses petites annonces de l’Hebdo, on s’amusait à repérer les plus originales. Même qu’il y a avait des cours pour rédiger des petites annonces attractives! On lisait aussi l’Hebdo dans les salles d’attente des médecins, dentistes et autres professionnels de santé. Un grand classique!

L’Hebdo avait été pionnier sur le web, avec son webdo que je parcourais régulièrement à la fin des années 90. Un jour, tout à changé, les archives furent réservées aux abonnés, dommage.

A mon dernier abonnement, j’ai constaté des changements, non seulement dans la politique éditoriale, mais également en termes de contenu publicitaire. J’ai détesté recevoir en plus de l’Hebdo, plusieurs suppléments papier remplis de publi-reportages ou orientés consommation. Il fallait toucher un autre public, faire rentrer plus d’argent avec la publicité, ça se sentait. Les news devenaient secondaires.

La suite, sauver l’Hebdo?

L’Hebdo est-il sauvable? Certains le pensent. Une pétition a été lancée, une communauté est née sur Facebook. Pourquoi pas un Mediapart suisse romand? C’est franchement dommage qu’une presse hebdomadaire de qualité disparaisse de Suisse romande. Y aurait-il assez de lecteurs prêts à payer pour de l’info? On peut rêver! Il me semble toutefois important d’avoir une presse pluraliste, des infos culturelles et locales, produites par des journalistes engagés et pas seulement des buzz, des infos ni vérifiées ni sourcées, publiée sur les réseaux sociaux et payées par un milliardaire suisse alémanique!

Archives
hebdo-1981-friz-honegger

En attendant, on peut toujours consulter les archives de 1981 à 2006 sur le site de la BCU et constater combien tout a changé en 35 ans dans le domaine de l’information! Le prix – de 2.50 à 6.20 CHF, la couleur, le nombre de pages – 150 en 1981!, la longueur des articles. Plus personne ne lirait aujourd’hui un article de 5 pages sur un président de la Confédération parfaitement insipide, dont même le nom – Friz Honegger – ne nous dit plus rien aujourd’hui!

Voir aussi