Dans un récent billet sur la téléréalité, Camy Roch écrivait à propos de la téléréalité à la télévision suisse:

My lovely native Switzerland has nothing to offer me but never-ending shows, starring couple of cows and retired farmers[…] – en gros: En téléréalité, la Suisse n’a rien à offrir sauf des émissions interminables, des vaches et des fermiers retraités.

J’étais assez d’accord avec elle jusqu’à ce que je découvre un samedi pluvieux les épisodes de l’émission Passe-moi les jumelles : « le tour du Cervin ».

Ce docu-réalité a tous les ingrédients de la téléréalité:

  • un groupe de 14 randonneurs, condamnés à partager leur quotidien et leurs états d’âme, sans se connaître au préalable
  • des histoires de vie assez compliquées et émouvantes pour toucher le cœur de téléspectateurs
  • « des tempêtes, des joies, des larmes, de la sueur et beaucoup d’émotions »
  • une belle réalisation produisant des images de rêve dans des « paysages de rêve »
  • un bout-en-train plus désinhibé que le reste du groupe, rôle tenu ici par un Parisien avec pour tout entraînement la marche dans les couloirs et escaliers du métro
  • des contacts avec des « locaux » pour la touche authentique et touristique
  • des rebondissements et du suspens, voire des histoires d’amour: tout est encore possible, il reste 3 épisodes!

Certes, la perversion de l’équipe de tournage n’atteint pas encore celle des chaînes françaises ou américaines, ça reste assez gentil et sobre. J’ai regardé les quatre premiers épisodes avec intérêt en me demandant si j’aurai un jour le courage de me lancer non pas dans une émission de téléréalité, mais dans une randonnée de huit jours (huit et douze heures de marche/jour) autour du Cervin ;-)

 

 

Pour en savoir plus

 NB: les photos sont des copies d’écran de l’émission Passe-moi les jumelles – RTS.ch