Comme plus de 900 autres twittos, j’ai retweeté hier cette d’une photo d’une table ronde de 6 hommes blancs en costards, sous les affiches du sommet, et c’est ce qui m’a fait sourire, Global Summit of Wowen 2014 – Sommet mondial des femmes 2014, Paris.

Quoi, un sommet des femmes et un panel entièrement masculin? Où sont les femmes? Juste bonnes à servir des boissons fraîches ou tenir la caméra? Et qui sont ces messieurs? Qu’est-ce qui leur a valu ce privilège de siéger à cette table ronde?

@Mapaquet commentait: « Une image vaut 1000 mots, disent-ils. » ou @IvreVirgule, en mode humour: « Ivres, ils oublient d’inviter des femmes au sommet mondial des femmes 2014 ». La plupart des tweets étaient sarcastiques, outrés ou amusés.

C’est grâce à un message de Magali Philip sur sa page Facebook – et à une commentatrice qui voulait en savoir plus – que je me suis intéressée au contexte de cette image. D’ailleurs, Twitter m’a facilité la tâche, puisqu’en dessous de la photo figurait ajourd’hui un lien vers un article associé [EN]

Que dit l’article?

Ce Panel de Six CEOs mâles blancs est une excellente nouvelle pour les femmes

Le Sommet mondial pour les femmes a réuni plus de 1000 femmes de 80 pays pour discuter des moyens d’accroître les opportunités économiques des femmes partout dans le monde. Quelques hommes de bonne volonté ont accepté d’y participer.

Lors d’un panel appelé « Redefining the Marketplace: The Business Case for Gender Equality,” des CEOs masculins dans  les domaines des services bancaires, de l’énergie et du droit ont discuté du thème: comment recruter et promouvoir des talents féminins peuvent conduire à la réussite financière de l’entreprise.

Un participant, Gianmarco Monsellato,  CEO du Cabinet d’avocats international TAJ s’est donné pour mission de recruter des hommes de pouvoir dans la lutte pour l’égalité des sexes. Ces dix dernières années, il a aidé à atteindre la parité entre les sexes à TAJ à tous les niveaux du leadership et a amené sa société au top des entreprises françaises dans ce domaine.

Monsellato croit que c’est une erreur de se focaliser sur les correctifs mettant l’accent sur le comportement des employées femmes au détriment des actions des dirigeants masculins dans les  initiatives de parité, qu’en demandant aux femmes de discuter entre elles et de présenter leurs conclusions au leadership masculin, on ne parviendra jamais aussi loin qu’en amenant des hommes de pouvoir à défendre la cause eux-mêmes. C’est pourquoi ce panel est important.

La présidente du sommet  Irene Natividad dit la même chose: « l’équité entre les sexes peut s’accélérer si plus d’hommes participent à l’effort. »

Voilà pourquoi il faut aller au-delà de cette image, qui n’est – on s’en doutait – qu’un élément parmi d’autres. D’ailleurs, il y avait d’autres photos de ce Sommet, mais elles n’ont pas fait le buzz ;-) La parité hommes-femmes vaut bien un article, surtout qu’en Suisse, c’est encore un concept bien théorique!

En savoir plus

Participants du panel: CEO of Taj-Deloitte Gianmarco Monsellato, Chairman and CEO of Technip Thierry Pilenko, and former CEO of Telstra and Orange Sol Trujillo at the Male CEO Forum: Redefining the Marketplace — The Business Case for Gender Equity