Curieux titre, n’est-ce pas? Je l’emprunte à  l’association lab-elle, laboratoire à  but non-lucratif, dont l’objectif est d’œuvrer pour une attention soutenue aux potentiels féminins dans le domaine de la littérature enfantine et de rendre visibles les albums allant dans ce sens. Si vous avez des petites filles dans votre entourage, si vous offrez des livres, voici quelques informations utiles. Si vous êtes à  Genève le 22 novembre à  11 heures, la librairie l’inédite à  Carouge, Anne Dafflon Novelle présentera les livres pour la jeunesse « lab-elle »

Qu’est-ce que la-belle ?

L’association la-belle attribue un label aux «albums attentifs aux potentiels féminins» pour attirer l’attention de toutes les personnes en contact avec la littérature enfantine (0 à  10 ans) sur le fait que les livres pour enfants véhiculent encore des représentations stéréotypées du masculin et du féminin. (Voir les critères d’attribution)
L’analyse des albums illustrés pour enfants publiés récemment met en évidence des asymétries entre héroïnes et héros dans les livres pour enfants. Beaucoup de représentations proposées aux enfants dans les illustrations et les textes ne correspondent pas à  la réalité vécue par la majorité des familles et ne contribuent pas à  soutenir une vision progressiste de la société.

Les adultes considèrent encore le masculin comme le sexe par défaut, ils pensent que les histoires avec un héros conviennent tant pour les filles que pour les garçons, c’est faux! Les filles préfèrent les histoires avec des héroïnes mises en scène dans des rôles valorisés et variés, tout comme les garçons préfèrent les histoires avec des héros.

L’analyse des albums illustrés pour enfants publiés récemment met en évidence globalement 20% plus de héros que d’héroïnes et 10% plus de héros-animaux que d’héroïnes-animales. L’analyse montre

  • des héroïnes et des personnages féminins
    • présents dans un intérieur et/ou dans des lieux privés
    • avec de jeunes sœurs et frères
    • dans des rôles domestiques ou maternants
    • dans des rôles passifs ou d’observation
    • illustrés avec une surabondance d’accessoires typiquement féminins

    des femmes

    • essentiellement présentées dans des rôles familiaux [mère et grand-mère]
    • exécutant des tâches domestiques ou des devoirs parentaux [amener les enfants à  l’école, donner le bain…]
    • très rarement présentées dans le monde professionnel ou alors exerçant des professions peu variées et stéréotypées [enseignement, vente, soins]
    des héros et des personnages masculins
    • faisant du sport ou des bêtises
    • dans des rôles actifs et courageux
    • dessinés de façon neutre/asexuée

    des hommes

  • présentés dans des rôles professionnels et familiaux
  • exécutant des activités récréatives individuelles ou avec les enfants [lecture, sports…]
  • présentés dans des rôles professionnels variés et valorisés [médecin, architecte…]

Ses asymétries entre héroïnes et héros dans les livres pour enfants peut entraîner chez les filles des choix professionnels stéréotypés et limités, une ouverture restreinte sur la sphère publique et une confiance en soi réduite.

La princesse et le dragon

Elisabeth et son fiancé ont tout pour être heureux, ils vont bientôt se marier, mais voilà  que le jeune prince est enlevé par un dragon. Elisabeth prend son courage à  deux mains, traverse la forêt profonde et part à  la recherche de son fiancé. Mais quelle sera sa réaction face à  Elisabeth toute décoiffée avec des habits déchirés?

Munsch Robert et Martchenko Michael | Editions Talents hauts 2005

Pour en savoir plus

Mise à  jour (24 novembre 2008)

  • Editions Talents Hauts, éditeur de Quand Lulu sera grande, dont l’auteur Fred L. est l’inventeur du slogan « Les filles aussi chassent les dragons » (cf commentaire de ce billet)